ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Musique, Biographie, et Commentaires !!! 
 
 
Rubriques

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo

Biographie

Le punk-rock a inspiré bon nombre de groupes au fil des années alors n’est-il pas temps pour une formation de ramener cette inspiration ? Décapant d’énergie, Billy Talent sait refléter cette énergie explosive qui est à la base de ce rock de la rébellion. Bien qu’il se décrive comme un « épisode de Seinfeld », le groupe sait rendre avec effet ce sentiment d’urgence dénué de flaflas typique du style. En bout de ligne, Billy Talent est le genre de groupe qui se démarque autant par son sens de la mélodie que pour son agressivité. 
 
Le premier album de Billy Talent qui paraît sur une étiquette majeure est empreint de la même fraîcheur et de la même rigueur qui lui a permis de se faire une réputation enviable sur la scène underground torontoise. Pour ce nouvel album, Benjamin Kowalewicz (chant), Ian D'Sa (guitare), Jon Gallant (basse) et Aaron Solowoniuk (batterie) ont travaillé avec le réalisateur Gavin Brown afin d’enregistrer treize titres qui ont su mettre en valeur les mélodies accrocheuses du groupe de même que son style d’écriture distinct. Le premier simple, la merveilleuse « Try Honesty », est ponctuée d’étonnants changements de tempo et d’une voix fulgurante alors que « Nothing to Lose » reflète le côté plus sombre de Billy Talent avec des accents émotifs et dynamiques. Avec ce premier album, Billy Talent établit un nouveau standard avec des rythmes lourds, une basse rapide et des guitares grinçantes jumelés à une voix très distinctive qui rappelle Howard Devoto des Buzzcocks. 
 
« À nos débuts, il y avait quelque chose de différent qui nous distinguait, explique Ian. Plutôt que d’essayer d’imiter des groupes populaires, on a choisi d’adopter notre style unique. » 
 
« Pour nous, la musique dépend d’abord des personnes avec qui l’on joue et individuellement, c’est au sein de ce groupe que nous sommes à notre meilleur, ajoute Benjamin. Nous avons une bonne chimie. Pendant des années, nous avons essayé de trouver notre son, mais tout est tombé en place quand nous avons accepté qui nous étions vraiment. Quand on trouve sa voie, tout le reste suit. » 
 
Avec une musique qui crée une atmosphère émotive, les histoires racontées dans les textes frappent comme un coup de poing. En tant qu’auteur, Benjamin sait s’exprimer en adoptant le point de vue des autres. « Standing in the Rain » explore le lourd passé d’une prostituée accro à l’héroïne alors que « How It Goes » s’intéresse aux hauts et aux bas que vit un ami qui souffre de sclérose en plaques. Surmonter une enfance violente, souffrir du ridicule à l’adolescence ou commettre des gestes répréhensibles pour obtenir ses 15 minutes de gloire sont autant de sujets qui intéressent Billy Talent. De fait, Benjamin livre ses textes d’une manière si convaincante qu’il peut autant passer pour un schizophrène névrosé que pour un merveilleux raconteur. 
 
« Mon inspiration vient surtout des histoires que les gens me racontent et de leur point de vue, explique Benjamin qui écrit surtout quand il souffre d’insomnie. Les paroles sont d’abord des images, des histoires que l’on raconte et des émotions que l’on exprime et qui sont complémentées par la musique. Mon inspiration me vient surtout quand je suis inconfortable, quand je fais face à des situations difficiles qui m’obligent à me libérer de tout. » 
 
Pour en revenir au début, les membres de Billy Talent se sont rencontrés alors qu’ils étaient encore à l’école secondaire et qu’ils participaient à un concours amateur dans lequel Ian jouait dans un autre groupe. Après le concert, les deux formations ont commencé à jouer dans les petites salles locales ensemble. Les deux groupes ont rapidement commencé à plafonner et Benjamin a proposé à Ian de démarrer une nouvelle formation en compagnie de Jon et Aaron. 
 
« Ce sont tous de bons gars et de bons musiciens qui avaient envie de faire quelque chose de différent alors que mes anciens partenaires ne voulaient faire que du rock ‘n’ roll, se souvient Benjamin. J’étais fébrile à l’idée de démarrer un nouveau groupe dont l’objectif était d’être plus créatif. » 
 
Originalement, Billy Talent était connu sous un autre nom, mais la synergie était immédiate et évidente comme en fait preuve un premier EP, « Watoosh », paru en 1998. C’est inspiré d’un personnage dans le film « Hard Core Logo » que Billy Talent choisit son nom. Peu de temps après, la formation enregistre le EP « Try Honesty », en 2001. En plus de définir le son et le style de Billy Talent, le disque de quatre titres lui permet de décrocher un contrat d’édition avec EMI. Avec l’appui des stations de radio locales, Billy Talent commence à se faire une réputation enviable en se produisant en compagnie de groupes reconnus comme Goldfinger et Sparta en plus de participer à la tournée MTV Campus Invasion. De fait, l’intérêt généré dans la région de Toronto permet à Billy Talent d’ouvrir pour Busta Rhymes lors de la tournée Area: 2 qui mettait aussi en vedette Moby et David Bowie. 
 
« Nous sommes bons sur scène parce que nous savons que c’est ce qui compte et que le reste passe en deuxième, explique Aaron. Chaque concert est différent et n’est jamais répété. On puise notre énergie dans chacun de nous et la foule est l’élément déclencheur. » 
 
« Les gens recherchent quelque chose de tangible dans la musique, ajoute Benjamin. On a souvent l’impression que les gens n’ont rien à quoi s’amarrer, rien à quoi s’identifier, pas de motivation, d’inspiration. Je crois fermement que l’inspiration existe, il ne faut que la trouver. » 
 
Avec un premier album éponyme qui paraît en septembre 2003, Billy Talent propose son rock de la rébellion à un public désireux de trouver sa propre inspiration. Billy Talent fait cette offrande avec une vitalité qui transpire le réalisme et l’honnêteté.

 

(c) Catherine Roy - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 19.05.2005
- Déjà 1408 visites sur ce site!